Demandez à E. Jean : J'ai un super petit ami, mais je suis curieux des filles

Cher E. Jean : J'ai un homme incroyable dans ma vie que j'aime. Mais au cours des dernières années, je me suis retrouvée de plus en plus attirée par les femmes. J'aime toujours mon petit ami, il me rend heureuse émotionnellement et physiquement, et nous sommes ensemble depuis six mois merveilleux, mais je me retrouve à penser de manière homoérotique tout le temps. Je n'ai jamais eu de relation physique avec une femme à part un cas d'embrassement avec un ami dans ma pré-adolescence, que j'ai qualifié de moment d'expérimentation sexuelle. Je ne veux pas perdre cet homme incroyable à cause de mes propres envies. Alors comment interpréter ces sentiments ? Et qu'est-ce que je fais à leur sujet ? -Troublé

Miss Troubled, ma tulipe : Que fais-tu? Eh bien, vous emmenez le type pour une promenade d'une heure. Vous expliquez les faits tels que vous les avez présentés ici : votre amour éternel pour lui, votre curiosité, votre attirance grandissante pour les filles au fil des ans. Ensuite, vous lui demandez ce qu'il pense que vous devriez faire. Si l'homme possède la moitié d'un lobe frontal, il proposera avec enthousiasme (et continuera vigoureusement à suggérer) la solution, qui peut résoudre votre problème : un ménage à trois.

Je ne suis pas flip. Vous avez expérimenté comme un enfant ; pourquoi pas en tant que femme adulte ? L'enfance est-elle la seule époque où l'on peut être inépuisable de curiosité et follement libre ? N'avez-vous pas conçu et construit une vie fascinante ? N'aimeriez-vous pas tester les différentes hypothèses de cette vie ? Zut, juste rêver de nouvelles expériences serait délicieux.



En effet, une fête de trois est tellement évidente, juste un ou deux indices de votre part devraient suffire à amener votre petit ami à y penser par lui-même. Mais même s'il n'aime pas l'idée et y met immédiatement son veto - et, plus important encore, même si vous n'êtes pas convaincu à 100 % par l'idée - vous avez établi une manière douce et intellectuelle de parler de luxure, de nostalgie et de monogamie. Ensuite, que vous décidiez de poursuivre vos désirs - avec ou sans lui - dépend de vous.

Bon? Et maintenant, arrêtons tout le monde de lire et embrassons une femme pour le simple plaisir !

Cette lettre provient des archives E. Jean.