Demandez à E. Jean : Mon collègue essaie de saboter ma carrière

Cher E. Jean : J'ai payé mes études collégiales et supérieures en travaillant dans la gestion de la vente au détail pour un célèbre magasin de vêtements. J'ai été vivement recommandée par deux responsables de notre boutique pour un nouveau poste d'assistante de direction, mais j'ai découvert qu'une certaine autre personne s'est lancée dans une recherche de candidats externes. Il s'agit d'une personne que j'ai signalée à plusieurs reprises aux RH pour des violations sur le lieu de travail – des violations de la loi. Dois-je rester dans l'équipe et attendre la décision ? Je soupçonne qu'elle ne veut pas que je réussisse. -Très perdu

Très, ma violette : Réussir ? Hahahahaha ! Je ne veux pas vous insulter ou vous alarmer, mais la dame veut vous attacher avec des talons aiguilles en ciment et vous jeter dans une tourbière du New Jersey. Commencez à interviewer de nouvelles entreprises. (Ce serait cool si, en atteignant la gloire à votre prochain emploi, vous pouviez faire monter l'aversion bouillonnante de la femme pour vous de quelques niveaux à l'envie folle, mais ne nous emballons pas.)

Vous ne pouvez tout simplement pas signaler « à plusieurs reprises » un supérieur pour « » contrevenant violations » aux RH et vivre pour en parler. Les RH, après tout, ne sont qu'humaines. Les RH sont là pour protéger l'entreprise, mon amour, pas vous.



La façon de gérer ce genre de situations est de parler directement (franchement, gentiment, avec humour) à la personne et de lui proposer une solution avant le porter aux RH. Par exemple : « Je t'ai vu embrasser Gérald, ton assistant, dans la voiture de fonction. J'espère que vous avez vérifié le compteur kilométrique ; Je pense que c'est dû à une vidange d'huile. Ou, dans les cas graves (« infraction à la loi » tombe probablement sous cette rubrique), les gens de la Society of Human Resources Management disent que vous pouvez vous adresser directement aux RH.

Cette lettre provient des archives E. Jean.