Mariage VS Relation Habitable: tous les aspects juridiques et sociaux que vous vouliez savoir

Notre société a subi une refonte massive de la dynamique des relations au cours des deux dernières décennies. Alors que, dans le passé, les relations de couple faisaient généralement référence à une alliance hétérosexuelle aboutissant au mariage, aujourd'hui, ce spectre s'est élargi astronomiquement. Une tendance qui s'est rapidement imposée relations new-age à travers le monde est celle des relations de vie, ce qui nous amène au débat sur le mariage éternel contre les relations de vie.

Vivre aujourd'hui est aussi banal que se marier, sinon plus. Presque tous les autres couples dans une relation engagée à long terme cohabitent avant de plonger dans le mariage. Pour certains couples, l'idée du mariage peut même devenir redondante car ils partagent déjà leur vie sans s'impliquer dans les formalités et les obligations qui accompagnent l'institution du mariage impliqué.

Cependant, la principale différence entre le mariage et la relation de résidence réside dans les droits légaux que vous pouvez revendiquer en tant que conjoint de quelqu'un par opposition à en tant que partenaires vivre ensemble.



Différences entre mariage et relation de résidence

Si vous et votre partenaire vous trouvez à ce carrefour de votre relation où vous vous demandez si vous devez vous marier ou vivre assez ensemble, connaître la balance des avantages et des inconvénients du mariage par rapport à la relation de vie peut aider. Voici quelques faits à prendre en compte lors du choix du «mariage ou de la relation d’habitation».

Dynamique relationnelle

Un mariage, en particulier en Inde, est une alliance entre les familles tandis que la relation de vie est essentiellement entre les deux partenaires. Cela peut être une bonne ou une mauvaise chose, selon vos perspectives de vie et ce que vous attendez de votre relation. Si vous êtes quelqu'un qui recule à l'idée de jouer le épaule ou damaad, même si ce n'est que de temps en temps, une relation de vie peut être la voie à suivre. Mais si vous avez une vision traditionnelle des relations, le mariage peut vous rassurer.

Lecture connexe: Les relations avec les résidents… une extension des mariages à Sambandham au Kerala

Les enfants

Si avoir des enfants fait partie de votre vision de la vie pour vous-même, alors cela devient un aspect important à prendre en compte lors du choix du mariage par rapport à la relation de résidence. Il n’existe pas de lois claires régissant les droits des enfants nés couples vivant en couple en Inde jusqu'à présent.

Cependant, selon la priorité établie dans les arrêts de la Cour suprême et de la Haute Cour, ces enfants ont des droits de légitimité, d'entretien, de propriété et de garde, à condition que les partenaires cohabitants remplissent certains critères. Là encore, de tels précédents peuvent être contestés devant les tribunaux et un nouveau verdict peut être obtenu.

En bref, amener un enfant dans une relation de cohabitation peut se révéler une affaire compliquée, si les choses tournent au sud entre vous et votre partenaire. En revanche, dans un mariage, les droits de l’enfant sont pleinement garantis. Mais si un mariage prend fin, les batailles de garde deviennent souvent un point sensible dans les procédures de divorce.

Engagement

La Cour suprême de Delhi, dans son arrêt Alok Kumar c. State & Anr en 2010, a décrit une relation de résidence comme une «relation de sortie et de sortie». 'Il s'agit d'un contrat de vie commune qui est renouvelé chaque jour par les parties et peut être résilié par l'une des parties sans le consentement de l'autre partie et une partie peut sortir à tout moment à volonté', avait déclaré le tribunal dans sa décision.

Psychologues crois aussi que les relations avec les résidents deviennent populaires par crainte de l'engagement de l'un ou des deux partenaires. Bien que cela puisse être vrai dans une certaine mesure, de telles généralisations ne peuvent pas être exactes à 100%.

Lorsque vous envisagez la décision de mariage ou de relation de vie très importante, les perceptions sociétales et juridiques sont des aspects cruciaux à réfléchir.

Santé

Recherche indique que le mariage peut favoriser un meilleur état mental et physique chez les partenaires plutôt que de rester célibataire ou d'être dans des relations de vie. Une incidence plus faible de maladies chroniques et un taux de récupération plus élevé chez les couples mariés sont associés à une plus grande acceptation sociale et stabilité émotionnelle que l'on éprouve dans l'institution traditionnellement approuvée du mariage.

Lecture connexe: Avantages d'une relation de résidence: 7 raisons pour lesquelles vous devriez y aller

Mariage vs relation avec un membre vivant - faits à considérer

Les relations prennent toutes leurs formes aujourd'hui et il n'y a pas de manuel pour savoir si l'une est meilleure que l'autre. Plus souvent qu'autrement, cette décision dépend de vos choix individuels et des circonstances. Cela dit, le choix de la relation entre le mariage et la vie en famille est celui avec lequel vous devrez vivre longtemps et, en tant que tel, cette décision ne devrait pas être prise à la légère. Voici quelques faits sur lesquels baser votre choix:

Faits sur les relations avec les résidents:

L'amour n'est pas lié par l'âge Source d'image

1. Il n'y a aucune exigence formelle dans une relation de résidence

Deux adultes consentants peuvent décider de vivre ensemble à tout moment de leur relation. Il n'y a pas de pré-requis pour formaliser un tel arrangement. Tout ce dont vous avez besoin est un endroit pour emménager ensembleet vous êtes prêt à partir.

2. La cohabitation peut prendre fin de manière informelle

Puisqu'il y a aucun accord juridique dans la relation , il peut être terminé aussi facilement qu'il peut commencer. Les deux partenaires peuvent mutuellement décider de mettre fin à la relation, de sortir et de continuer. Ou l'un des partenaires peut vérifier la relation, ce qui la met fin. Même s'il n'y a pas de processus de longue haleine pour mettre fin à une relation de résidence, le bilan émotionnel que cela vous impose peut être comparable à celui d'un divorce.

3. Le partage des avoirs appartient aux partenaires

Il n'y a pas de directives légales régissant les conditions des relations avec les résidents. Nos lois n’ont pas été modifiées pour suivre l’évolution de la situation, et les tribunaux traitent pour l’instant les litiges entre couples cohabitant au cas par cas.

Si vous et votre partenaire décidez de mettre fin à la relation, la répartition des actifs devra se faire avec le consentement mutuel des deux parties. En cas de litige ou d'impasse, vous pouvez demander un recours judiciaire. Ceci est considéré comme l'un des principaux inconvénients des relations avec les résidents.

4. Il existe une disposition pour laisser un héritage

Il existe une règle définissant comment la propriété ou les actifs communs seront divisés ou transférés en cas de relation de résidence. Si l'un des partenaires décède, la propriété commune sera automatiquement héritée par le partenaire survivant.

Dans le cas où la propriété n'appartient légalement qu'à un seul partenaire, celui-ci devra faire un testament pour s'assurer que l'autre est prévu. S'il n'y a pas de testament, l'actif sera hérité par le plus proche parent ou le membre de la famille le plus proche, conformément aux lois en vigueur.

Le conjoint survivant n'aurait aucun droit sur la succession à moins que son nom ne soit mentionné dans le testament du partenaire

Décisions mutuelles entre les partenaires Source d'image

5. Compte bancaire conjoint dans une relation de résidence

La mise en place de comptes conjoints, d'assurance, de visas, l'ajout de votre partenaire en tant que candidat dans les documents financiers, et même le droit de visite à l'hôpital peut être un défi. Dans le cas où les deux partenaires ont des comptes séparés, aucun d'eux ne pourra accéder seul à l'argent du compte de l'autre. Si l'un des partenaires décède, le solde de son compte ne peut pas être utilisé par l'autre partenaire tant que la succession n'est pas réglée.

Vous pouvez cependant ouvrir un compte bancaire commun si vous acceptez que votre partenaire ait la possibilité d'accéder ou de gérer vos comptes bancaires. Avec un compte bancaire commun, l’indépendance financière du partenaire survivant n’est pas réduite en cas de disparition prématurée ou soudaine de celui-ci.

6. S'entraider après la séparation

Soutenir les proches dans les situations difficiles Source d'image

Les couples vivant en couple ne sont pas obligés de s'entraider après la séparation, à moins qu'une déclaration d'engagement juridiquement contraignante ne soit en place. Cela peut entraîner des problèmes financiers pour l'un ou les deux partenaires. C'est parmi les grands défis des relations avec les résidents en Inde.

7. En cas de maladie, la famille a le droit de décider

Peu importe depuis combien de temps deux personnes vivent ensemble, le droit de prendre des décisions concernant le soutien de fin de vie et les soins médicaux d'un tel partenaire appartient à leur famille immédiate, sauf indication contraire explicite dans un testament.

8. La parentalité dans les relations avec les enfants a beaucoup de zones grises

Avec pas de lois claires régir les droits et les responsabilités des parents qui ne sont pas légalement mariés, élever un enfant ensemble dans une relation de résidence peut impliquer de nombreuses zones d'ombre, surtout si les différences commencent à s'imposer.

Partager les responsabilités parentales Source d'image .

Faits sur le mariage

1. Conditions de mariage

Le mariage est un arrangement plus formel, régi par certaines lois des États. Par exemple, l'âge minimum du mariage est de 18 ans pour les filles et de 21 ans pour les garçons. De même, pour qu'un mariage soit légalement reconnu, il doit être célébré conformément aux rituels religieux approuvés par l'État ou devant un tribunal. Un couple doit demander l'enregistrement du mariage par la suite et obtenir un certificat d'une autorité compétente. Vous pouvez en savoir plus à ce sujet ici .

Le mariage s'accompagne de responsabilités Source d'image

2. Le mariage doit être officiellement mis fin

La dissolution d'un mariage entraîne l'annulation ou divorce, qui peuvent toutes deux être longues, des procédures juridiques compliquées et coûteuses.

3. Il y a une répartition des biens dans le divorce

La procédure de divorce implique une division des actifs détenus conjointement par les époux.

Lecture connexe: Divorce par consentement mutuel - Ponts contre champs de bataille

4. Le conjoint financièrement stable devra subvenir aux besoins de l'autre

Le conjoint financièrement stable a la responsabilité de subvenir aux besoins du partenaire séparé même après la séparation. Cela peut être fait par pension ou entretien mensuel ou les deux, selon la décision du tribunal.

5. En cas de maladie

Si l'un des partenaires tombe gravement malade, l'autre partenaire a le pouvoir légal de prendre des décisions cruciales concernant les soins de santé, les finances et même les soins de fin de vie.

6. Hériter de la propriété

Une veuve ou un veuf hérite automatiquement des biens de son conjoint décédé, sauf indication contraire dans un testament légalement exécuté.

Lecture connexe: 8 personnes partagent ce qui a ruiné leur mariage

Propriétés divisant légalement Source d'image

7. Légitimité des descendants

Un enfant né d'un couple marié est l'héritier légal de tous leurs biens et la responsabilité de soutenir financièrement l'enfant incombe aux parents.

8. Après le divorce

Même en cas de séparation ou de divorce, le parent non gardien a la responsabilité légale de soutenir financièrement et coparentalité des enfants né du mariage

Dernières pensées

La différence entre le mariage et la relation de résidence réside dans l'acceptation sociale et juridique dont jouissent les premiers. À mesure que la société évolue, ces dynamiques peuvent changer, mais dans l'état actuel des choses, le mariage est la forme d'engagement la plus sûre pour une relation à long terme.

Cela dit, le mariage peut avoir ses pièges et ses défauts, surtout si vous vous retrouvez avec la mauvaise personne. Il n'y a pas d'approche unique en ce qui concerne les choix relationnels. Il est cependant pertinent de peser ces avantages et inconvénients lorsque vous prenez votre décision.

7 risques à connaître dans une relation de résidence

5 choses qu'une fille fait en couple

4 façons créatives de demander à votre petite amie d'emménager avec vous